logo-theatre-avide

Théâtre Avide

Résidence en mai 2017
Ordures en juin 2017
La compagnie Théâtre Avide dirigée par le binôme Jonathan Heckel et Delphine Prouteau fonde sa démarche sur 3 piliers fondateurs : l’immersion, l’écriture et la matière.

Théâtre Avide

 

 

Résidence en Mai 2017

La compagnie Théâtre Avide a été créée en février 2013 par un duo artiste/administrateur Jonathan Heckel et Delphine Prouteau, autour d’un premier spectacle Modeste Proposition inspiré du texte de Jonathan Swift, créé à Villeréal dans la boucherie du village.
Delà, l’identité de la compagnie s’est construite autour de trois axes : l’immersion, l’écriture, la matière. Tout d’abord, des stages ou expériences professionnelles sont menés pour nourrir le projet, partir du réel et tisser un lien concret avec notre société. Ensuite, des textes viennent structurer la pensée, encadrer les recherches et dialoguer avec des temps d’improvisations et de jeu avec les acteurs. Enfin, le choix d’une matière, d’un matériau comme objet à manipuler ou comme chose qui prend vit se présente pour développer l’univers artistique sur scène.
Poursuivant toujours sa réflexion autour des questions de société : comment faire société et comment évolue une société ? La compagnie développe actuellement un projet autour des déchets intitulé Ordures. La compagnie cherche par là à questionner : Ce (ou ceux) que rejettent une société ?
Au sein de ce projet, une création centrale est présentée, il s’agit d’un spectacle Sisyphe interprété par Jonathan Heckel et autour plusieurs formes plus ou moins théâtrales voient le jour comme Tri Sélectif une intervention en milieu scolaire, ou Biographies de poubelles, etc.

 

Les trois piliers fondateurs

L’immersion : partir du territoire, aller au cœur de la société qui nous entoure, questionner le monde actuel dans lequel nous évoluons, amener l’acteur de théâtre à interroger les individus, favoriser les rencontres pour créer du théâtre.
L’écriture : faire se rencontrer un ou plusieurs textes et l’écriture au plateau qui naît du jeu et de l’improvisation. Jouer avec le cadre que pose un texte et la souplesse que permet l’écriture au plateau, d’autant plus si elle est collective.
La matière : raconter une histoire avec autre chose que des mots, manipuler, jouer avec les formes, inventer une autre sorte de langage.

 

Sur la résidence :

Au Collectif 12, le Théâtre Avide poursuivra sa recherche artistique en réalisant des immersions
sur le territoire de Mantes-La-Jolie , puis en répétant, perfectionnant certaines propositions. Au fil de la résidence, le public est invité à plusieurs temps forts au théâtre pour découvrir le travail. La résidence se clôture par un temps festif au théâtre.

 

Pierre-Etienne Vilbert
Pierre-Etienne Vilbert

Le projet :

Au sein de ce projet, ce n’est pas un spectacle mais plusieurs formes plus ou moins théâtrales qui sont présentées. Toutes les propositions sont retravaillées spécifiquement en s’imprégnant du territoire, en lien avec les caractéristiques de Mantes-la-Jolie.
Au programme, il y aura notamment :

  • Sisyphe, un spectacle itinérant dans lequel nous suivons un éboueur dans un monde apocalyptique à la fois dans la rue et dans le théâtre
  • Tri Sélectif une intervention en milieu scolaire, où les élèves seront questionnés sur ce
    qu’ils rejettent ou sur le sentiment d’être rejeté
  • Biographies de poubelles, un atelier d’écriture participatif pour s’amuser à inventer une histoire à partir de ce que l’on trouve dans une poubelle
  • Poussières, une installation plastique où chaque spectateur est invité à participer et à se
    questionner sur la destruction d’objets défectueux

Et enfin, il y aura encore d’autres propositions préparées spécialement pour l’occasion comme une forme chorégraphique avec une serpillière, des expériences filmées dans Mantes-La-Jolie…

 

L’équipe du Théâtre Avide se compose aujourd’hui de : Azeddine Benamara, Gilles Geenen, Jonathan Heckel, Marillia Loila de Menezes, Lara Marcou, Lise Maussion, Delphine Prouteau, Sylvain Sechet, Martin Tronquart, Valentine Vittoz.
D’autres artistes peuvent encore être invités plus ponctuellement à collaborer sur une
forme spécifique.

Abeilles – Laboratoire

Comme pour le premier spectacle, Modeste Proposition, la recherche artistique autour des abeilles s’appuie sur les trois axes que sont l’immersion, l’écriture et la matière. Un apprentissage a commencé depuis plus d’un an maintenant auprès de plusieurs ruchers d’Île de France. Nous sommes actuellement au coeur de l’immersion. Les tentatives autour de la manipulation des matières telles que la cire et le miel ont débuté cette année et le travail d’écriture collective au plateau même s’il est déjà présent, s’accentuera plus tard. Plusieurs textes références servent de base au travail de recherche.

Au fil des laboratoires, l’équipe a déjà pu rencontrer un entomologiste, deux plasticiens, un philosophe, un économiste, plusieurs apiculteurs et dernièrement une sociologue. Chacun des professionnels rencontrés nous fait partager son propre regard sur le monde des abeilles.
Fort des expériences avec leur premier spectacle qui ont donné une belle impulsion au projet de la compagnie, une nouvelle envie voit le jour en 2014. Jonathan Heckel commence à s’intéresser au monde de l’apiculture. La compagnie entame alors un laboratoire autour des abeilles. Pour cette nouvelle aventure, elle convie cinq acteurs, un créateur lumière et une chorégraphe. Tous partent en immersion à la découverte du monde des abeilles et de son organisation sociale.

Equipe – Laboratoire

Direction de projet : Jonathan Heckel
Chorégraphie, regard extérieur, travail du corps : Lara Marcou
Acteurs : Marilia Loiola de Menezes, Lise Maussion, Valentine Vittoz, Azeddine Benamara, Gilles Geenen
Direction technique : Sylvain Sechet
Suivi de production et conseils artistique : Delphine Prouteau

 

Actions sur le territoire :

 

Saison 2016 / 2017 :

  • Projet Phénomène : interventions au collège Chenier tout au long de l’année

 

Saison 2015 / 2016 :

– En résidence au Collectif 12 en septembre 2015, la compagnie a continué sa recherche. Elle a pu questionner la ville comme une ruche, et ses habitants comme autant d’abeilles cherchant avant tout la survie de leur colonie.

la Ruche du Possible : dans le cadre du trimestre dédié aux changements climatique et à l’événement COP21 qui a  eu lieu à Paris fin 2015, vous avez pu rencontrer Jonathan Heckel et la Compagnie Théâtre Avide pour une Fabrique du Possible spéciale climat le 24 septembre 2015.